Home » French Releases » OCO/PACNEWS – DOUANES DU PACIFIQUE – PORTRAITS DE FEMMES “Laisiana laisse son empreinte dans la région océanienne” PR08/21

OCO/PACNEWS – DOUANES DU PACIFIQUE – PORTRAITS DE FEMMES “Laisiana laisse son empreinte dans la région océanienne” PR08/21

Apr 1, 2021

Suva, Fiji, le 1er Mars 2021 – Laisiana Tugaga est conseillère en matière de commerce et de recettes au Secrétariat douanier de l’Océanie. De nationalité fidjienne, sa carrière s’étend sur plus de deux décennies, dont 15 ans passés dans le domaine du commerce et des douanes. Elle fait partie de ces femmes qui laissent leur empreinte dans le domaine des douanes dans la région de l’Océanie, mais qui restent modestes quant à leurs réalisations.

Voici son histoire.

Laisiana a rejoint le Service fidjien des recettes et des douanes (FRCS) il y a 22 ans, alors qu’elle était jeune diplômée en économie et qu’il n’y avait pas beaucoup de femmes douanières.

Cette mère de trois garçons est aujourd’hui la personne à laquelle s’adressent les pays membres de l’OCO lorsqu’ils ont besoin de conseils techniques et d’assistance en matière de facilitation des échanges et de mesures fiscales.

“L’un des aspects essentiels de mon rôle consiste à assurer la formation des agents des douanes de la région et à les aider à respecter les normes douanières internationales”, explique-t-elle.

“Les administrations douanières jouent un rôle essentiel dans nos économies du Pacifique, en veillant non seulement à accélérer les processus frontaliers, mais aussi à mettre en œuvre des contrôles qui garantissent les recettes et protègent nos sociétés.

“Je considère que mon rôle consiste à aider les pays membres de l’OCO à atteindre ces objectifs, que ce soit par la formation, l’amélioration de la législation et des politiques et le développement de leurs capacités à répondre à ces rôles.”

Ses premières années

Mon inspiration a toujours été ma défunte mère. Elle a élevé seule cinq enfants lorsque mon père est décédé alors que je n’avais qu’un an, la plus jeune de la famille. Et grâce à sa persévérance, à son travail acharné et à son amour, j’ai appris que je peux tout faire si je travaille dur pour cela.

Laisiana attribue également à son expérience de 11 ans au sein du FRCS le mérite d’avoir jeté les bases de sa carrière dans la région de l’Océanie.

Après avoir commencé comme agent des douanes, elle a été promue responsable de la politique économique et responsable des relations internationales.

Son premier poste régional était au sein du Groupe du fer de lance mélanésien (MSG) à Port Villa, au Vanuatu, où elle a passé quatre ans et demi avant de rejoindre l’OCO en décembre 2016.

“Quand je repense au début de ma carrière, j’ai eu de bons mentors, dont deux hommes qui étaient prêts à partager leurs compétences et leurs connaissances et qui m’ont guidée sur la voie du développement personnel et professionnel, et je leur en suis très reconnaissante”, dit-elle.

“Mon travail m’a également offert de nombreuses occasions de nouer des contacts avec d’autres femmes travaillant dans le secteur douanier. Grâce à ces réseaux, nous pouvons partager nos expériences et mieux comprendre les questions de genre et les défis de leur environnement de travail actuel. “Certains des obstacles auxquels elles sont confrontées ne sont pas spécifiques à la douane mais relèvent d’un état d’esprit culturel plus large dont l’amélioration prendra du temps.

“Néanmoins, il y a de plus en plus de femmes dans les douanes aujourd’hui, et je crois qu’elles peuvent apporter des changements significatifs et positifs dans leurs administrations.”

PACER-Plus

Laisiana Tugaga avec le personnel de l’OCO et les partenaires lors de l’atelier sur l’égalité des genres en 2019

 

De 2017 à 2019, Laisiana a géré un projet visant à aider les membres de l’OCO qui sont parties au PACER-Plus à respecter leurs obligations en vertu de l’accord.

Grâce à ce travail, elle a pu constater de visu les défis des petites économies insulaires.

“L’un des résultats positifs de ce projet a été le partenariat avec les membres pour mettre en place un programme durable de renforcement des capacités. Grâce à un programme de formation des formateurs, nous préparons des agents qui seront en mesure de dispenser des formations dans leurs différentes administrations douanières”, explique Laisiana.

Un projet important auquel Laisiana a participé est le développement du système harmonisé de description et de codification des marchandises du Pacifique (Pacific Harmonized Commodity Description and Coding System – PACHS) pour aider les membres qui n’avaient pas encore mis en œuvre le système harmonisé de l’Organisation mondiale des douanes.  Le projet comprenait également des directives douanières pour les parties au PACER- Plus et des ressources supplémentaires pour les aider à mettre en œuvre l’accord.

“Nous avons également dû adopter une optique de genre dans nos activités et c’est un défi pour les organisations à dominante masculine comme les douanes”, dit-elle.

“À la fin du projet, je suis heureuse de constater qu’environ 41 % des bénéficiaires étaient des femmes.

Les défis d’une mère qui travaille

“En tant que femme, l’un des défis que je dois relever est de trouver un équilibre entre le travail et la maison”, explique-t-elle. “Je suis une épouse et une mère de trois garçons et essayer de concilier cela avec les exigences du travail n’est pas toujours facile.”

Bien qu’elle soit reconnaissante pour le soutien de son mari et de sa famille, Laisiana affirme que la chose la plus importante dans sa vie est sa foi en Dieu.

“Quand je regarde en arrière au fil des années, c’est la grâce de Dieu qui m’a soutenue. Je crois que Dieu me donne la vision, la direction et la créativité pour faire mon travail. C’est pourquoi j’aime ce que je fais.”

Les défis du COVID-19

“Depuis mars 2020, mon travail a complètement changé, passant de réunions en face à face à des réunions virtuelles, et c’est plus difficile dans le Pacifique avec les problèmes de connectivité Internet. J’ai dû acquérir de nouvelles compétences pour naviguer sur les différentes plateformes telles que Zoom, MS Teams et WebEx.

“Cependant, je trouve que ce n’est pas seulement rentable, mais que cela nous a permis d’offrir des formations à un plus grand nombre de participants qu’avec le modèle de formation traditionnel”.

Mais surtout, elle est reconnaissante que la pandémie lui ait permis de passer plus de temps en famille et elle adore cela.

Avec Mr. Kunio Mikuriya – Secrétaire Général du WCO – et Ms Koni Ravono – Cheffe du Secrétariat du PITAA et ancienne Cheffe du ROCB Asie Pacifique

 

FIN

Pour plus d’informations ou pour toute question, veuillez contacter le secrétariat ou envoyer un courriel à l’adresse suivante : mediaoco@ocosec.org

Notre programme sur le genre : En 2019, l’OCO a organisé son atelier inaugural de gestion du changement sur l’égalité des sexes, qui a suggéré qu’il devrait y avoir une égalité des sexes sur tous les aspects du programme de travail de l’OCO. Cette suggestion a été approuvée lors de la conférence annuelle de l’OCO de 2020. En 2020, les pays membres de l’OCO ont été encouragés à célébrer la Journée internationale de la femme dans leurs propres administrations et à partager largement leurs activités. Cette année, l’OCO consacre le mois de mars à nos femmes. La série Pacific Women in Customs est une collection d’histoires de femmes qui travaillent dans le domaine des douanes dans leurs différents pays et nous espérons inspirer plus de femmes à rejoindre ce domaine.

Latest News

Share This