Home » French Releases » Moderniser l’administration fiscale et douanière des EFM

Moderniser l’administration fiscale et douanière des EFM

Sep 2, 2021

Lorsqu’il n’est pas occupé à diriger la division des impôts et des douanes des États Fédérés de Micronésie, Salvador Jacobs est à la pêche avec sa famille et ses amis. Ou bien vous le trouverez en train de jouer au baseball. Mais l’actuel président de l’Organisation des douanes de l’Océanie est un père de famille typique, qui aime passer du temps avec sa femme, ses quatre filles, son fils et ses quatre petits-enfants. Jacobs a été nommé à la tête de l’administration douanière et fiscale en 2013. 

Quelle est la meilleure partie de votre travail ?

Être le chef d’équipe de cette division. Chaque jour, il est impératif que nous travaillions en équipe pour accomplir les tâches et dans les délais. Nous sommes plus efficaces en tant que division lorsque nous travaillons en équipe. J’aime diriger l’équipe non seulement à Pohnpei mais aussi dans d’autres États. Si un chef ne travaille pas bien, cela se ressentira sur les performances globales de la division. Pour moi, la meilleure partie de mon travail consiste à diriger l’équipe en ces temps difficiles pour les EFM.

Quelle est votre vision pour votre administration douanière ?

À mesure que le monde se développe et que la technologie devient de plus en plus pertinente dans notre travail, ma vision est de moderniser la division des impôts et des douanes ici dans les EFM afin que nous puissions mieux remplir nos rôles en collectant plus de recettes, en facilitant le commerce et en protégeant nos frontières.

Comment le COVID-19 a-t-il changé le mode de fonctionnement de votre administration ?

Comme partout dans le monde, le COVID-19 a changé beaucoup de choses ici dans les EFM. Nos frontières sont fermées et nous ne permettons pas aux passagers de débarquer. Cela a un coût : nos revenus diminuent car nous n’avons plus de tourisme. Cela a également eu un impact sur les entreprises et a entraîné du chômage. Cela a changé beaucoup de choses, mais nous essayons de faire en sorte que nos citoyens soient en sécurité et que le virus COVID-19 n’entre pas dans le pays. Mais nous essayons de travailler avec les entreprises, de faciliter le commerce alors que nous sommes confrontés à l’une des périodes les plus difficiles, non seulement dans les EFM mais dans le monde entier.

Quels sont les principaux défis auxquels votre administration est confrontée, en dehors de la pandémie de COVID-19 ?

J’ai mentionné précédemment que je voulais moderniser notre administration fiscale et douanière. Nous utilisons toujours le système commercial de base des EFM, qui doit être modernisé. Il était bon autrefois, mais nous devons évoluer avec le temps, vers l’automatisation et l’OCO nous aide à le mettre à niveau vers un système plus efficace. Nous aimerions aller vers l’automatisation de nos processus. Nous essayons également d’actualiser nos législations douanières et fiscales, dont certaines sont dépassées. Nous nous efforçons également de nous conformer à la convention de Kyoto révisée (RKC), qui est considérée par la communauté douanière internationale comme un modèle de douane moderne pour le XXIe siècle.

Si vous n’étiez pas à la tête de la douane, quel serait votre emploi idéal ?

Contrôleur fiscal. J’ai commencé comme responsable de la division de l’audit fiscal et de la conformité. Si je n’étais pas à la tête de la division de la fiscalité et des douanes, je voudrais vraiment y retourner et faire plus d’audit fiscal, et acquérir plus d’expérience en travaillant avec les entreprises. Je pense que c’est mon emploi idéal. C’est mon projet – si je ne suis pas à la tête de la division de la fiscalité et des douanes, je travaillerais avec l’équipe d’audit fiscal des EFM, dans cette division ou dans l’État de Pohnpei, et je travaillerais également avec d’autres apprentis dans les autres États, car je pense que c’est l’un des domaines que nous devons vraiment améliorer.

Latest News

Share This