Home » French Releases » OCO/PACNEWS – DOUANES DU PACIFIQUE – PORTRAITS DE FEMMES “Daphney la pionnière gère les opérations de l’OCO” PR05/21

OCO/PACNEWS – DOUANES DU PACIFIQUE – PORTRAITS DE FEMMES “Daphney la pionnière gère les opérations de l’OCO” PR05/21

Apr 1, 2021

Suva, Fiji, le 10 Mars 2021 – Irma Daphney Stone est une pionnière. Elle a commencé sa carrière en tant que comptable du développement dans son pays, aux Tonga, en 1994, à une époque où les diplômés en commerce étaient rares dans le royaume. Elle est devenue la première femme directrice générale du Ministère des Recettes et des Douanes en 2012. À l’époque, elle était l’une des rares femmes à occuper des postes de direction dans le domaine des douanes ou de la fiscalité dans le Pacifique. Elle est aujourd’hui Directrice des Opérations de l’Organisation des Douanes de l’Océanie.

Voici son histoire.

Comme beaucoup de femmes qui font carrière, Daphney a dû trouver un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle.

Elle a abandonné une carrière prometteuse pour suivre son mari, le Pr. Ronald Stone, qui partait étudier ou travailler aux Fidji et aux Philippines.

Mais cette mère de trois enfants ne regrette rien.

Convaincue qu’une vie familiale sûre garantit une vie professionnelle sûre, elle a profité de ces occasions pour approfondir ses expériences et ses connaissances.

Elle a notamment travaillé pour obtenir un doctorat aux Philippines et a travaillé pour des organisations telles que le Secrétariat du Forum des îles du Pacifique, l’Université du Pacifique Sud et l’Organisation du tourisme du Pacifique Sud.

“La décision de démissionner est toujours difficile à prendre, mais nous avons prié pour chaque décision que nous devions prendre, et tout s’est toujours bien passé à la fin”, déclare Daphney.

Sa carrière

Son premier passage au Ministère des Finances des Tonga a posé les bases de la carrière de Daphney et l’a aidée dans ses différents rôles au service du Pacifique.

Elle a géré les projets de la Banque mondiale dans le pays, ainsi que la dette publique, et lorsqu’elle a été promue au poste de Directrice Générale du Ministère des Recettes et des Douanes, elle avait déjà occupé les fonctions d’auditrice interne en chef et de secrétaire adjointe aux investissements.

“À l’époque, il était rare que des femmes occupent de telles fonctions, mais je n’y ai pas vu d’obstacle et je ne me suis pas sentie déplacée”, explique Daphney.

En tant que directrice générale du ministère des recettes et des douanes, Daphney a dirigé le comité gouvernemental chargé de la politique des recettes qui a été le premier à introduire des mesures fiscales sur les produits ayant un impact négatif sur la santé, notamment les aliments et le tabac. Au cours de son mandat, la structure d’échelonnement des rémunérations du ministère a été alignée sur celle de l’ensemble du gouvernement et elle a également convaincu le gouvernement d’autofinancer la mise à niveau de son système de gestion douanière.

Daphney a également présidé la réunion des chefs des douanes de l’OCO en 2013, où des décisions cruciales sur l’avenir de l’organisation ont été prises.

“Il est toujours important de considérer les défis comme des opportunités”, dit-elle. “J’en ai fait l’expérience au fil des ans, et je ne regrette rien.”

Les défis pour les femmes dans les douanes

En tant qu’ancienne Directrice Générale du Ministère des Recettes et des Douanes aux Tonga, Daphney a pu constater les défis auxquels sont confrontées les femmes douanières.

“Je pense que l’un des principaux défis consiste à trouver un équilibre entre la culture et les rôles et fonctions des agents des douanes. Par exemple, aux Tonga, les agents des douanes doivent grimper dans les réservoirs de carburant, monter à bord des navires et effectuer des inspections. Mais d’un autre côté, les femmes sont tenues de porter le sulu traditionnel, ce qui constitue un défi pour les douanières qui doivent porter des vêtements confortables et non traditionnels pour accomplir leurs tâches”, explique Daphney.

Dans son travail de responsable des opérations à l’OCO – un rôle qu’elle a assumé en 2019 – Daphney a soutenu l’égalité des sexes.

En 2019, l’OCO a organisé son premier atelier de gestion du changement sur l’égalité des sexes, qui a suggéré qu’il devrait y avoir une égalité des sexes sur tous les aspects des programmes de travail de l’OCO.

“Nous travaillons dans une période difficile en raison des impacts du COVID-19. La plupart des membres de l’OCO s’efforcent de percevoir des recettes tout en protégeant leurs frontières contre les infiltrations de drogues illicites, de contrebandes et de COVID-19.

“Mon rôle est de veiller à ce que nos membres soient soutenus de manière appropriée par le biais de nos programmes et, plus important encore, que nos agents des douanes féminins, qui sont en surnombre dans toutes les administrations du Pacifique, bénéficient des mêmes opportunités que leurs collègues masculins pour améliorer leurs connaissances et leurs compétences.”

Avec la fermeture des frontières, l’OCO, comme toutes les organisations à travers le monde, propose des formations en ligne et des webinaires à ses 23 membres.

En février, plus de 80 agents de 17 pays de la région ont entamé une formation en ligne de 10 mois visant à les doter des compétences nécessaires pour relever les défis quotidiens et ceux engendrés par les impacts de la pandémie de COVID-19.

La formation, dispensée par le Centre d’études des douanes et des taxes, de l’Université Charles Sturt de Canberra et l’Organisation douanière d’Océanie, s’achèvera en novembre et débouchera sur un certificat III en Administration Douanière Régionale. Il s’agit de la plus grande formation, en termes de nombre, jamais organisée par l’OCO. Elle constitue également un tremplin pour les stagiaires qui souhaitent poursuivre des études supérieures dans le domaine des douanes.

“Il y a une certaine inégalité entre les sexes, puisque deux tiers des stagiaires sont des femmes”, explique Daphney. “Mais si nous regardons le tableau d’ensemble où il y a moins de femmes dans les administrations douanières, il est justifié de former nos agents des douanes féminins pour qu’elles soient aussi compétentes que leurs homologues masculins.”

En tant qu’insulaire du Pacifique au service de la région, Daphney a un conseil à donner pour réussir.

“Engagez-vous toujours à faire de votre mieux dans ce que vous faites et pour tout ce que vous faites, vous devez avoir une connexion spirituelle avec celui qui est au-dessus. Le véritable engagement, ce sont les mots en action.”

FIN

Pour plus d’informations ou pour toute question, veuillez contacter le secrétariat ou envoyer un courriel à l’adresse suivante : mediaoco@ocosec.org .

Contexte :

Notre programme sur le genre : En 2019, l’OCO a organisé son atelier inaugural de gestion du changement sur l’égalité des sexes, qui a suggéré qu’il devrait y avoir une égalité des sexes sur tous les aspects du programme de travail de l’OCO. Cette suggestion a été approuvée lors de la conférence annuelle de l’OCO de 2020. En 2020, les pays membres de l’OCO ont été encouragés à célébrer la Journée internationale de la femme dans leurs propres administrations et à partager largement leurs activités. Cette année, l’OCO consacre le mois de mars à nos femmes. La série Pacific Women in Customs est une collection d’histoires de femmes qui travaillent dans le domaine des douanes dans leurs différents pays et nous espérons inspirer plus de femmes à rejoindre ce domaine.

Latest News

Share This