Home » French Releases » PR 32/21 La vision de Sione pour les douanes de Niue

PR 32/21 La vision de Sione pour les douanes de Niue

Nov 15, 2021

Suva, Fidji, 12 octobre 2021- En tant que chef de l’une des plus petites administrations douanières de la région, il n’est pas surprenant que Sione Sionetama soit bien connu à Niue. Mais cela ne lui facilite pas la tâche, car il devient aussi le type impopulaire lorsqu’il s’agit de collecter des impôts. M. Sionetama est l’un des douaniers les plus expérimentés de la région, qui était là avant même la création de l’Organisation des douanes de l’Océanie. Titulaire d’une maîtrise en administration douanière de l’université Charles Stuart, il aime se divertir en lisant, en pêchant, en chassant, en jardinant et en regardant le sport. Son bien-être spirituel est très important pour lui et il aime aller à l’église.

Quelle est la meilleure partie de votre travail ?

L’opportunité de servir les gens. Servir est l’essentiel pour chaque fonctionnaire, en termes de ce que nous apportons sur le lieu de travail et de ce que nous croyons en servant notre communauté et notre pays en tant que fonctionnaire. Je pense m’être fait beaucoup d’amis dans la région et à l’étranger grâce à mon travail. Mais en raison de la nature de mon travail, je dois parfois me préparer à essuyer les critiques de certains membres de la communauté.

Quelle est votre vision pour votre administration douanière ?
Comme toute autre administration, nous nous efforçons de nous améliorer pour être plus efficaces avec les ressources limitées dont nous disposons. Nous voulons améliorer nos services, nos processus et nos procédures pour être au même niveau que les autres administrations douanières. Même si nous sommes petits, il pourrait être difficile et stimulant de mettre en oeuvre les conventions internationales et les meilleures pratiques liées aux douanes, telles que la Convention de Kyoto révisée, les conventions et processus de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et d’autres organisations internationales.

Si nous pouvons être à la hauteur des autres administrations douanières dans la mise en oeuvre de certains de ces processus douaniers importants en matière de facilitation des échanges, de perception des recettes et de mesures de sécurité aux frontières, et si nous contribuons à la vision stratégique à long terme de Niue, je pense que nous pouvons dire que nous nous en sortons bien.

Comment COVID-19 a-t-il changé le mode de fonctionnement de votre administration ?
Même si nous n’avons pas enregistré de cas de COVID sur l’île, nous avons, comme toutes les autres îles du Pacifique, mis en place des restrictions aux frontières et limité les déplacements, ce qui signifie que les recettes sont limitées.
Comme le nombre de visiteurs sur l’île diminue, l’activité économique diminue et à son tour les importations sont réduites, et notre collecte de revenus est également réduite. Donc, il y a un impact négatif sur certaines lignes de revenus. Mais il y a des points positifs : en raison du temps d’arrêt dû au COVID-19, certains de mes employés ont saisi l’occasion de renforcer leurs capacités personnelles en suivant une formation tertiaire en ligne. J’ai trois membres du personnel qui ont obtenu leur MBA, à la fois en face à face et en ligne, à l’USP. Il y a donc toujours la possibilité de faire d’autres choses.

Cela dit, nous sommes des collecteurs de recettes et nous devons encore atteindre nos objectifs de recettes budgétaires. Ce que nous avons collecté est crucial pour couvrir les dépenses du budget national. Il y a des avantages et des inconvénients à la pandémie, mais heureusement pour nous, nous n’avons aucun cas de COVID-19 sur l’île jusqu’à présent.

Quels sont les principaux défis auxquels votre administration est confrontée ?
Atteindre nos objectifs de recettes – l’impact de la fermeture des frontières a affecté le taux de consommation et il y a un effet de ruissellement négatif sur la collecte des recettes. Certains de nos programmes, tels que la mise en oeuvre du projet de systèmes automatisés pour les données douanières (SYDONIA), ont été reprogrammés car nous avons besoin que les experts techniques soient sur l’île. Nos réformes législatives et notre travail législatif ont également été affectés car nous avons besoin que les experts basés à l’étranger soient également sur l’île.

C’est toujours un défi pour une petite administration douanière de mettre en oeuvre des changements et des réformes tout en fournissant des services normaux à ses clients avec une ressource humaine de six personnes à temps plein.

Si vous n’étiez pas à la tête d’une administration douanière, quel aurait été votre emploi idéal ?
Probablement, dans d’autres domaines liés à l’application de la loi. Je dois dire que j’ai appris à apprécier le travail dans le milieu des forces de l’ordre. Je pense que j’ai le “tempérament” naturel pour être un agent des forces de l’ordre… non pas parce que je suis bien bâti… (lol) C’est une grande satisfaction de pouvoir contribuer d’une manière ou d’une autre à donner un sentiment de sécurité et de prospérité à la communauté grâce au travail que je fais.

Pour de plus amples informations, des questions ou des demandes d’interview, veuillez envoyer un courriel à MediaOCO@ocosec.org.

A propos de l’OCO : L’OCO est un groupement de 23 administrations douanières de la région Pacifique. Elle facilite la coopération régionale, le partage d’informations et le renforcement des capacités de ses membres, avec pour objectif général de soutenir la croissance économique et d’améliorer la sécurité des frontières dans le Pacifique.

Latest News

Share This